Sélectionner une page

Les bons signes pour investir

Quand investir en bourse

 

Pour réaliser un bon investissement en Bourse, l’investisseur doit connaitre le fonctionnement du marché financier et le moment opportun pour s’engager. Voici comment reconnaître les signes pour investir en Bourse.

Comprendre le contexte macroéconomique avant de placer

Le marché boursier présente des risques de perte de capital qui peuvent favoriser des crises financières chez le souscripteur. Il convient donc d’investir seulement un montant dont on n’a pas besoin, c’est-à-dire une somme qui n’affecte pas son budget.

Selon les analystes financiers et courtiers en bourse, l’investissement progressif est le meilleur moyen d’éviter d’acheter à un moment défavorable lorsqu’on ne maîtrise pas le marché. Cela permet de gérer les éventuelles fluctuations du marché sur le long terme. L’investisseur peut par exemple prévoir un montant fixe pour investir chaque mois.

Il est conseillé aux novices de commencer par ouvrir un compte démo, dans le but d’apprendre le fonctionnement du marché boursier et d’acquérir de l’expérience en essayant plusieurs stratégies. Ensuite, il doit placer de manière progressive de petites sommes sur les produits qui sont peu risqués.

Pour réduire les risques, il convient de diversifier son investissement et les marchés sur lesquels on investit. En effet, les cours du marché peuvent baisser à tout moment. La diversification du portefeuille est donc une mesure de protection contre ces situations défavorables.

Un investisseur doit avoir une bonne disposition mentale, il ne doit pas se laisser influencer par ses concurrents. De plus, il doit être patient et attendre le moment opportun pour acheter ou vendre des titres. En effet, certaines personnes font l’erreur d’acheter des titres dès qu’elles ont les moyens pour le faire. L’idéal est d’investir pendant les creux ou à un point bas du marché, la récupération du capital doit se faire en période haussière.

On peut investir lorsqu’une tendance est bien établie et miser sur une gestion bidirectionnelle en fonction de celle-ci ou investir à contre-courant du marché, afin d’adopter une gestion contrariante.

Les pertes font certes partie du paysage de la Bourse, mais il faut les limiter grâce aux ordres à seuil de déclenchement ou ordre stop. C’est une astuce qui permet de connaitre d’avance la perte maximale à encourir. Dans la pratique, l’apporteur de capitaux fixe une limite à partir de laquelle ses ordres ne pourront plus être exécutés.

Évolution du cash flow de l’entreprise en 5 à 10 ans

Le cash flow est un indicateur qui permet de déterminer l’ensemble des flux de trésorerie générés par les activités d’une entreprise, afin de connaitre sa solvabilité, sa capacité à financer son investissement à partir de son exploitation et à verser des dividendes aux actionnaires.

Il peut être assimilé également à la capacité d’autofinancement ou à l’excédent brut d’exploitation.

Les débutants en Bourse ont tendance à négliger cet indicateur. Pourtant, c’est lui qui affiche le niveau de distribution du dividende de la société. Il est conseillé aux investisseurs d’acheter des actions dans une entreprise qui réalise régulièrement des bénéfices pour récolter des gains. Cependant, l’investissement serait plus rentable si celle-ci accumule du cash flow.

Les apporteurs de capitaux doivent accorder une attention particulière à l’état de la trésorerie de la société (le free cash flow), car c’est une garantie de versement de dividende. C’est la différence entre la trésorerie générée par l’activité de l’entreprise et les dépenses d’investissement. L’idéal est de s’assurer que cet indicateur soit positif.

Le cash flow par action doit être supérieur au dividende par action. Si ce n’est pas le cas, il est conseillé d’analyser le cash flow de l’entreprise sur une période de 5 à 10 ans. L’objectif est de jauger sa performance sur le long terme.

Vérifier la croissance en Bénéfice Net Par Action ou BPA de l’entreprise en 5 – 10 ans

Le Bénéfice Net Par Action d’une entreprise est le quotient du bénéfice net réalisé par le nombre de titres en circulation. Il est recommandé à tout investisseur de calculer le BPA de l’année précédente, de l’année en cours ou de l’année suivante pour effectuer un placement sûr.

Le BPA permet de déterminer le temps qu’il faut pour retrouver son capital placé à partir des gains réalisés par l’entreprise. C’est un outil de comparaison de la performance d’une entreprise sur plusieurs années.

Cet indicateur représente un excellent moyen de décision en Bourse, dans la mesure où il évalue la performance en cours de l’entreprise, le nombre d’actions disponibles et les revenus. On peut donc l’assimiler à un baromètre qui indique la bonne santé d’une entreprise.

Le Bénéfice Net Par Action est le reflet de la croissance d’une société, c’est un élément clé qui doit retenir l’attention de tout investisseur. Ses différentes variations doivent être donc surveillées sur une période 5 à 10 ans, car l’analyse sur une seule année ne permet pas de repérer les qualités ou les faiblesses l’entreprise.

Plus le BPA est élevé, plus le bénéfice par action est important, le dividende augmente de manière proportionnelle à cet indicateur. En effet, sa variation influence le cours des actions. Le rachat d’une société par exemple peut être dû à la chute du BPA. Son augmentation permet à l’entreprise de revoir le dividende à la hausse, d’augmenter ses dépenses ou de racheter une part de ses propres actions.

Il convient de souligner que les données précédentes du Bénéfice Net Par Action permettent de faire les prévisions de la tendance boursière en cours.

Consulter les moyennes mobiles

Les moyennes mobiles (MM) font partie des indications techniques les plus utilisées en Bourse, du fait de leur simplicité d’utilisation. Une MM est la valeur moyenne d’un actif calculée entre autres à partir des cours d’ouverture et de clôtures, sur une période donnée. Elle permet de trader sur les tendances et de détecter les niveaux d’entrée et de sortie les plus favorables du marché boursier.

On peut confronter des moyennes mobiles et l’évolution du cours de l’action pour déterminer le moment idéal pour passer un ordre d’achat ou de vente. La tendance est haussière lorsque la moyenne mobile de période courte croise à la hausse celle de période longue. En revanche, si la MM de période courte croise à la baisse la MM longue, la tendance est baissière.

La probabilité d’achat sera renforcée lorsque le cours de l’action croise à la hausse les moyennes mobiles. Par ailleurs, si le cours de l’action croise à la baisse les moyennes mobiles, la probabilité de vente est importante.

Les différents types de MM

Il y a plusieurs types de moyennes mobiles. Il convient à chacun de choisir celle qui est adaptée à son profil d’investissement.

  • Les Moyennes Mobiles Arithmétiques (MMA)

La moyenne mobile arithmétique est le quotient de la somme des cours par la période de calcul de la moyenne mobile. C’est un outil de choix pour le trading, car il est simple et permet d’éviter les faux signaux qui entrainent les mauvais investissements. Cependant, la MMA est moins réactive par rapport aux autres types de MM, elle ne convient pas donc aux traders agressifs qui ne peuvent pas attendre un long moment sans investir.

  • Les Moyennes Mobiles Exponentielles (MME)

Ce sont les MM les plus réactives et les plus utilisées, elles donnent davantage de poids aux événements récents du cours de l’action, ce qui permet de détecter facilement les inversions de tendance. La MME se calcule en fonction du prix à la clôture et de la moyenne mobile de la veille. En revanche, elle donne souvent de faux signaux.

  • Les Moyennes Mobiles Pondérées (MMP)

La moyenne mobile pondérée accorde davantage de poids aux cours les plus récents du marché. Elle se calcule en affectant un coefficient de pondération à chaque cours.

Vérifier les taux de distribution de l’entreprise

Le taux de distribution ou pay out ratio est la part des bénéfices de l’exercice qu’une société cotée partage à ses actionnaires sous la forme de dividende. Il est égal au quotient du dividende par action par le bénéfice par action.

C’est le reflet du traitement des actionnaires. Plus le pay out ratio est élevé, plus la part des actionnaires est importante. Les jeunes entreprises accordent la priorité aux investissements de productions, leurs taux de distribution sont faibles. Le pourcentage tourne autour de 5%, ce qui est loin de la valeur mature comprise entre 25 % et 50 %. En effet, elles possèdent de nombreuses opportunités et doivent financer leur développement avec une bonne partie des bénéfices.

En revanche, les blue chips sont les plus favorables pour les investisseurs, ils distribuent des dividendes importants. Ces entreprises n’ont pas d’opportunité d’investissement suffisamment rentable, elles préfèrent donc verser le cash aux actionnaires.

Il convient de souligner que les entreprises respectent le taux de distribution prudent qui est de 60% maximum, afin de faire face à d’éventuels exercices difficiles. Par ailleurs, une bonne gestion de ce cash permettra à la société de financer son développement.

Conclusion

Du cash flow au bénéfice par action en passant par les moyennes mobiles et le taux de distribution, un bon investissement en Bourse nécessite la maîtrise de plusieurs indicateurs financiers. Par ailleurs, l’investisseur doit être à l’affût de l’actualité financière et connaitre les phénomènes économiques qui peuvent modifier le cours du marché. Il doit également être patient et se lancer au moment opportun.

Les autres axes de l’investissement en bourse

Pourquoi investir en bourse ?
Comment débuter en bourse ?
Qui suis-je : Courtier en Bourse ?
Guide investissement en Bourse